Voyage Paris – Iten : Mercredi 13 Mars 2018 au 28 Mars 2018

Alors commençons dans les premiers journées du stage Iten au Kenya qui font tout de même parti du voyage : le trajet !

Jour 1 et 2 : Mercredi 13 et Jeudi 14 Mars 2019 (Vol Paris-ITEN)

  • Départ: 14H50 de « Paris Charles de Gaulle »
  • Arrivée : 03h30 à Nairobi le Jeudi 14 Mars 2018
  • Départ : 06h30 de Nairobi
  • Arrivée : 07h20 à Eldoret
  • Et pour finir 30 min de Taxi jusqu’à Iten pour rejoindre l’ Hôtel Kerio View.

Jour 2 : Jeudi 14 Mars 2019 (Début du stage Iten au Kenya)

Après avoir pris un taxi à l’aéroport D’Eldoret, nous sommes arrivée à destination c’est à dire : l’Hôtel Kerio View . Arrivé vers 15h00 (Je vous décris cet hôtel en bas de cet article avec quelques images).

J’ai effectué une petite visite sur place de l’hôtel Kerio View à Iten. Dès mon arrivée, j’ai profité pour la première fois de la vue de la vallée du Grand Rift.

Et pour cette fin d’après midi, j’ai réalisé le premier footing de 8Km dans la ville d’Iten. Une sortie sur les chemins avec cette fameuse « terre rouge » qu’on ne trouve pas beaucoup dans d’autres pays.

Un footing avec une allure très faible, une moyenne de 6’22/km d’une part à cause de voyage qui m’a laissé des traces et où la fatigue était présente (1H30 de sommeil sur 36h) mais aussi avec la chaleur et l’altitude qui se fait sentir dès le premier jour… Je ne vous raconte pas les jours à venir « haha » si je galère déjà comme ça au début… Comment vont se dérouler les footings rapides et surtout les séances de fractionnées !

Jour 3 : Vendredi 15 Mars 2019 (Découverte du Kerio View + Footing)

Un petit réveil à 07h30 ! Mais quel bonheur d’avoir récupéré après une bonne nuit de 10h de sommeil ! Ça fait un moment que je n’avais pas dormi autant… Je ne dirais pas un sommeil récupérateur mais presque.


C’est parti pour le début du stage à Iten avec un premier footing de 12Km à 08h00 avec une allure moyenne de 5’48/Km. Un footing plutôt tranquille qui me permettait de discuter tout en courant. Autant dire que c’est une vitesse de croisière. Une allure où j’étais à l’ais

Les premiers jours seront là surtout pour s’habituer au climat d’Iten au Kenya, c’est-à-dire la météo, forte chaleur, l’altitude et dans un second temps car c’est un point clé pour les entraînements.
En ayant jamais couru en altitude, je peux vous garantir que les sensations ne sont pas les mêmes, le cardio prend un coup dans la « gueule » comme on dit.

Il est l’heure pour reprendre des forces !

Après cette sortie d’une heure, place au petit déjeuner. Voilà le moment tant attendu : se ressourcer, s’hydrater, bien manger. Sur place, il y a du pain complet, produits laitiers et surtout plein de fruit tels que ananas, pastèque, mangue…).

Le temps passe tellement vite qu’il faut bientôt enchaîner le petit déjeuner avec le déjeuner ! L’heure du déjeuner est prévu pour 12h30 où j’ai mangé une simple salade guacamole… Un petit repas light pour savoir enchaîner la deuxième séance qui se déroulera dans le milieu de l’après midi soit 16h.

Le début d’après midi s’est déroulé en mode « Vacance », repos complet jusque 16h30. C’est à ce moment là qu’il est l’heure d’enfiler de nouveau ses baskets pour attaquer le 2ème footing de la journée. L’heure est arrivée, deuxième footing sur une distance de 11Km avec une allure moyenne de 5’49/Km.

Les sensations sont plutôt bonnes, un footing qui s’est déroulé à l’opposé du premier ce qui m’a permis de visiter encore de nouveaux endroits mais surtout de découvrir les enfants Kenyans à pieds nus ! Quasiment sur chaque enfant rencontré : j’entendais « Hiii » « Hellooo ». Des enfants tellement souriant qui te tendaient la main pour leur dire « Bonjour ». Un énorme bonheur de voir tous ces visages souriant.

Jour 4 : Samedi 16 Mars 2019 (Courir avec des athlètes Allemands / Luxembourgeois à Iten)

Le 4ème jour du séjour commence par un réveil très matinal ! En effet, le réveil a sonné à 06h50 ! Pour un stage ça pique « haha » mais je suis obligé de courir un maximum au lever du soleil car quand il est présent, on le ressent énormément pendant les entraînements et ce n’est pas facile dans ces moments, on souffre un peu plus…

La séance de ce matin était tout simplement un footing avec nos « amis » Luxembourgeois / Allemands de 12Km avec une allure moyenne de 5’/Km.
En effet, j’ai sympathisé avec des athlètes qui sont arrivés 1 semaine avant moi et ces athlètes sont des personnes qui sont en pleine croissance dans leurs performances et possèdent un niveau « Européen ».

Performances des athlètes pour vous donner une idée :

  • Bob Bertemes avec des excellents chronos : 1500m en 3’48 / 3000m en 8’22 et 5000m en 14’57 …
  • Vera Hoffmann qui obtient un très bon level chez les femmes : 800m en 2’05’96 / 1500m en 4’14’51 et le 3000m en 9’30’28… chapeau bas !

Ensuite une petite après midi détente qui m’a permis de faire quelques vidéos et photos du centre Kerio View et pour terminer la fin de l’après midi, je suis allé au centre ville enfin si on peut vraiment appeler ça un centre ville… afin de visiter un peu quelques boutiques de vêtement mais je n’ai pas réussi à trouver la tenue « Kenya » que j’aimerais tant acheter pour garder un souvenir de ce stage à Iten.

Nous voilà déjà 19h30, l’heure du repas qui arrive ! L’estomac crie famine à ce moment… Alors que je mangeais tranquillement, un athlète international fait son apparition dans le restaurant pour venir manger avec sa famille et amis au Kerio View : Mr Jake ROBERTSON.
Jake ROBERTSON, athlète international néo-zalandais ayant des performances de niveau « mondial ».

Jake Robertson Kenya
Jake Robertson – Kenya

Ses performances :

  • 5000m : 13minutes 15 secondes
  • 10000m : 27 minutes 28 secondes
  • Semi-marathon : 59 minutes 57 secondes
  • Marathon : 2 heures 08 minutes 26 secondes.

Autant vous dire, que ce sera des performances que je ne réaliserai jamais « haha ».

Après avoir eu une petite discussion avec Jake, maxence est parti discuter avec 2 estoniennes « professionnelles » et nous nous sommes aperçus que leurs entraînements/allures correspondaient à la notre. Nous avons donc donné rendez-vous le lendemain avec eux pour effectuer cette sortie longue.

Jour 5 : Dimanche 17 Mars 2019 (Footing avec les soeurs Luik à Iten)

Me voici déjà arrivé sur le jour 4 de la période de stage…
Au programme le matin c’était : 20min échauffement enchaîné avec 10min rapide 10min lent 10min rapide 10min lent et pour finir un bon 30min de récupération.
Un parcours de 16km effectué en 01 heure et 21 minutes… un bon footing matinal.

J’ai effectué ce footing dans Iten avec des estoniennes, les soeurs LUIK . Des estoniennes, des triplés, 3 soeurs « Leila, Liina et Lily » qui sont tous dans le domaine de la course à pied. Les premières triplées de l’histoire des Jeux Olympiques !

Soeurs Luik Kerio View
Soeurs Luik – Estonienne

Performances actuelles des soeurs Luik :

  • Leila Luik : 2 heures 37 minutes et 11 secondes
  • Liina Luik : 2 heures 39 minutes et 42 secondes
  • Lily Luik : 2 heures 37 minutes et 11 secondes

Des performances non négligeable pour des femmes avec un chrono permettant de faire les Jeux Olympiques. Actuellement, seulement 2 sœurs sont présentes sur ce stage car la 3ème doit se faire opérer très prochainement.

J’ai aussi profité de faire cet entraînement avec elles car les soeurs Luik sont en période de reprise « blessure » et leurs allures me correspondait parfaitement pour cette sortie longue. Quel plaisir de courir en groupe ! C’est une chose qui ne m’arrive jamais ou très rarement personnellement car dans mon club, il n’y a pas d’athlètes qui court dans mes temps de passage. Profitons-en pendant ce stage.

Concernant les allures de ce footing 20′ 10′ 10′ 10′ 10′ 20′, je suis allé sur du 5min/Km pour les 20 premières minutes, ensuite une allure de 4’30/Km pour les premiers 10 minutes rapide, une allure de 5’30/km pour les 10 minutes lent, une allure de 3’55/Km pour les 10 minutes rapide, une allure de 5’40 sur les derniers 10 minutes lent et je termine avec une récupération sur une allure de 5’35/Km.

Mes ressentis sur les allures ont été très satisfaisant, je pensais avoir un peu de mal avec le cardio pour une première petite séance d’accélération de rythme cardiaque mais finalement tout s’est bien passé. J’annonce donc que les prochaines sorties longues seront donc plus rapide dès à présent.

Let’s go pour une rencontre inopinée : M. Wanders

Pour l’après-midi, je n’ai rien de prévu en particulier à part une petite séance de renforcement musculaire, abdos, gainage…
Let’s go, il est 16h30 : on enfile ses baskets et sa tenue et hop direction la salle de musculation et qui je vois par tout hasard ? ? ? Mister Julien Wanders !

Je savais que cet athlète était présent pendant mon stage car je m’étais renseigné et Julien Wanders passe environ 2-3 fois dans la semaine pour effectuer ses entraînements de renforcement musculaire, abdos et gainage. Une personne qui reste très simple, très timide, un athlète qui est ouvert à la discussion et avec qui on peut parler sur tous les sujets, même parler de ses concurrents ce n’est pas un problème. Julien Wanders vit au Kenya et particulièrement à Iten les 3/4 de son année. Il se déplace uniquement pour les compétitions.

La petite séance était : 30 minutes de vélo pour décrasser un peu les jambes suite à la sortie « longue » de 16Km ensuite on en profite pour faire une petite séance photo / interview avec Julien Wanders qui est champion d’Europe actuellement du Semi-marathon.

On enchaîne pour finir la séance avec plusieurs exercices de gainage, des exercices d’abdos avec le medecine ball et sans medecine ball puis quelques pompes pour terminer cette séance. Encore une de faîte aujourd’hui.

Jour 6 : Lundi 18 Mars 2019 (Rencontre avec Lonah Chemtai Salpeter)

Hop hop hop, debout tout le monde ! 06h50 le réveil se met à sonner… On continue de se lever tôt le matin parfois pour pouvoir effectuer des bons footings à la fraîche, un petit vent, un soleil présent mais qui n’est pas encore trop fort pour souffrir. Au kenya pour cette période de mois de Mars, il fait déjà 18-20 degrés à 07h30.

Je vous laisse imaginer donc les températures que j’ai en pleine après-midi à Iten : 28-30 degrés ! Juste impossible de courir sous cette canicule… en sachant que personnellement je souffre lors des chaleurs… c’est habituellement en été que je réalise mes moins bons chronos de la saison sur le 10Km, Semi-marathon (compétition en été, en pleine après-midi) car le soleil est mon pire ennemi pour ces distances.

Au programme, ce fut une sortie de 10Km à Iten avec notre ami « Bob Bertemes » le Luxembourgeois. Nous avons effectué ce footing sur un rythme plus élevé que les jours précédents…

Je vous l’avais dis auparavant, les prochaines sorties seront sur une cadence plus rapide, je ne vous ai pas menti : promesse tenue ! Un 10Km avec un temps de de 43 minutes 39 secondes soit une allure moyenne de 4’20/Km. Un très bon début de parcours car en démarrant d’Iten vous êtes au plus haut avec une altitude 2390m ».

Un parcours assez plat et descendant qui nous amène à une altitude de 2287m jusqu’au moment où l’on fasse demi-tour et l’allure moyenne des 5 premiers kilomètres est de 4’10/Km mais le retour est une toute autre histoire !

Après la descente… vient la montée ! Les routes à Iten sont loin d’être plates

Route Iten

C’est bien beau de descendre mais maintenant va falloir tout remonter… et la, les allures sont bien sûr différentes car nous arrivons sur des allures moyennes de 4’35/Km.

Très satisfait de cette sortie avant la prochaine grosse séance : le fameux fartlek Kenyan qui est prévu le mardi et le jeudi de la semaine.
L’heure du petit déjeuner est arrivé « 08h30 » enfin ! Car faire des sorties le matin à jeun c’est bien beau mais il faut de nouveau remplir le corps de force et plein de vitamine !

A ce moment du petit déjeuner, je croise une athlète qui elle aussi déjeune. Cette athlète s’appelle Lonah Chemtai Salpeter ! Vous ne connaissez pas ?
Elle est Championne d’Europe à Berlin en 2018 après sa victoire sur 10000m. C’est une athlète Kényane qui est naturalisée Israélienne.

Les meilleures performances de Lonah Chemtai Salpeter :

  • 5000m (piste) : 15 minutes 17 secondes et 81 centièmes
  • 10000m (piste) : 31 minutes 33 secondes 03 centièmes
  • Semi-marathon : 01 heures 06 minutes et 40 secondes
  • Marathon : 02 heures 24 minutes 17 secondes.

Des chronos stratosphériques pour l’état Israélien car c’est la première femme a décroché une médaille d’or dans des championnats d’Europe.

Pour l’après midi, j’ai effectué de nouveau la même séance que la veille soit : du vélo mais cette fois-ci pendant 40 minutes, des abdos, du gainage et un peu de renforcement pour les épaules / dos. La séance du lendemain étant du fartlek avec les kényans dans Iten, il ne faut pas trop forcer pour maintenir la forme.

Jour 7 : Mardi 19 Mars 2019 (Découverte du fartlek à Iten)

C’est le grand jour ! Première journée de fartlek de la semaine à Iten !
Levé 6h45 sans réveil ! Bim ! Merci qui ? Merci le soleil « haha ».
En effet, tous les matins le soleil se levant dès 06H00 du matin que celui-ci vient éclaircir ma chambre malgré les rideaux que je possède…
Je prends donc le temps de me lever et pars de suite au petit déjeuner pour digérer correctement avec la séance !

Cette fois-ci le petit déjeuner sera très light car je n’avais pas envie de subir pendant la séance de fractionnée : 1 tartine avec du fromage et des fruits.
Hop hop hop 08h00, il est l’heure de partir de l’hôtel Kerio View !

Hé oui, pour rejoindre le groupe du fartlek, j’ai environ 5 Km pour arriver au point de départ : l’idéal pour faire un petit échauffement avant l’entraînement.
Me voilà arrivé pour 08h45, 15 minutes avant le départ et a ce moment, je ne cesse de voir débouler plein d’athlètes, seul ou en groupe !

08h59 ! Oui 08h59 « lol » le chef du groupe prend la parole pour annoncer le programme de la séance et : il nous annonce que ce matin c’est 1 minute vite 1 minute lente et c’est parti pour 13 répétitions !
08h59m57s : le chef annonce : 3 / 2 / 1 : Gooooooooooo

Et c’est parti pour ce fameux premier fartlek avec 1 minute lente… tranquille j’arrive à suivre jusqu’à présent « haha » et Bouuummm 1 minute vite se déclenche, et là… c’est le drame… des fusées qui commencent à me passer devant moi, hommes, femmes… et la je me dis bon à cette allure je risque de finir dernier et de revenir en moto « haha ».

Fin du premier fartlek à Iten : une réussite !

Finalement, la session s’est à peu près bien terminée: je finis ni premier, ni dernier mais j’ai réussi à accrocher un maximum le groupe jusque la 5ème répétition et à ce moment là, je détache petit à petit le groupe. Je finis le fartlek avec 300m à peu près de retard sur le peloton de tête.

Très satisfait de cette session, je réalise une allure moyenne de 3’33/km sur les allures rapides ! Le parcours étant très varié et pas mal de dénivelé (163m de dénivelé positif…) je ne peux être que satisfait.

Place au repos ! Place au massage… Quel soulagement !

Le début d’après midi s’annonce reposant car j’avais dans mon programme une petite séance de massage qui est prévu à 14H00. Un bon moment de détente que l’on apprécie quand physiquement c’est dur. Le seul soucis c’est que ce n’est pas du massage « français ». Bienvenue dans le pays de la course à pied où les masseurs massent en profondeur.

Ce n’est pas une partie de plaisir de se faire chouchouter au Kenya. Ce fut aussi pour ma part, une première expérience pour le massage « Kenyan » et contrairement à ce que l’on peut entendre sur les massages « Thaîlandais », ce n’est pas les meilleurs… ce n’est que mon propre avis sur ce sujet.

Masseur Kerio View Kenya
Simon – Masseur professionnel Kerio View à Iten

En cette fin d’après midi, ça été un simple footing dans la ville d’Iten avec une allure un peu élevé. En effet, j’ai fais cette petite sortie de 10Km sur les allures de 4’18/Km avec mon ami Bob Bertemes.

C’est un footing qui a été assez dur pour ma part car le fartlek avec les kenyans ce matin a laissé des traces physiquement. Ce footing n’a pas été forcément une récupération pour cette fois. Mais bon, il faut savoir parfois se faire du mal pour progresser… sinon je reste à la maison « haha ».

Jour 8 : Mercredi 20 Mars 2019 (Récupération sur Home Trainer)

Après avoir passé une très bonne nuit et avoir récupéré près de 9h00, j’ai quand même pris mon courage à deux mains pour aller déjeuner légèrement avant le premier entraînement de la journée. Un réveil assez difficile « musculairement » car au lever, j’avais encore des douleurs sur mes jambes…

La question était : un footing allure 4’20/Km ? Ou un footing avec une allure de 5’00/Km ? Après avoir quand même réfléchi, je suis resté sage et je suis parti avec Vera Hoffman la « Luxembourgeoise » et mon ami « Maxence Rigottier » pour un footing de 10Km à 07h30 sur les allures finalement qui ont été de 4’50/Km.

Cela m’a permis de récupérer légèrement pour les prochaines grosses séances (fartlek, séance piste…). Voici un petite aperçu d’une longue route actuellement en travaux sur laquelle nous pouvons y faire nos footings, fractionnés… le seul problème est le dénivelé, la route à Iten n’est pas plate du tout.

Home trainer Kerio View
Home Trainer Keriow View

Ce mercredi sera une petite journée « récupération » avant d’attaquer le reste. L’après midi fut très tranquille aussi. Je ne voulais pas faire de gros footing ou autre personnellement pour me préserver et faire une bonne sortie de fartlek. J’ai donc effectué un cycle de 45 minutes de vélo dans la salle et puis 5 lignes droite en accélérant pour décrasser les jambes sur une durée de 10-15 secondes. Et pour finir je fini avec quelques abdos et gainages pour la forme !

Jour 9 : Jeudi 21 Mars 2019 (Journée Fartlek à Iten)

Le jeudi tout est permis ! Enfin chez les kenyans « haha ». C’est aujourd’hui que se déroule la 2ème séance de fartlek… J’avais effectué le mardi un fartlek de 1 minute 1 minute lente.

Je suis parti à la rencontre des kenyans avec qui j’ai bien sympathisé et avec qui j’ai pu prendre quelques photos souvenir. C’est à ce moment présent que je leur demande quelle est la séance de prévue et donc ils me disent : 2′ vite 1′ lente ou peut être 3′ vite 1′ lente. C’était bien les informations que j’avais recueilli à d’autres personnes.

Ce jeudi fut une autre histoire finalement… Le chef prend la parole et nous annonce finalement la séance de fartlek qui est la suivante : 5 minutes vite et 2 minutes lente avec 8 répétitions !

Whattttttt ? La mon corps commence à se décomposer sur place. Je n’étais pas prêt psychologiquement à ce genre d’entraînement… Bon bah de toute façon on y est, on ne va plus faire marche arrière. On est la pour s’entraîner ou pour faire les touristes ?

Le TGV est parti : grosse foule de Kényan devant moi

C’est parti ! Le groupe vient de s’élancer pour les 2 minutes lente et « Bimmm » le chrono vient de retentir pour faire les 5 minutes vite… Le fartlek a pris une autre envergure et finalement au bout du 4ème, les muscles commencent à souffrir sérieusement. Je décide donc de m’arrêter à la moitié de cette séance. Non pas par fainéantise… mais parce que je savais aussi que le lendemain une séance à la piste de Tambach m’attendais .

Sur le coup j’étais un peu déçu mais finalement je constate que plusieurs kényans ont aussi arrêter ! Seul, les meilleurs ont continué jusqu’au bout de cette séance. Je tire mon chapeau pour ces athlètes, encore du respect que j’ai pour eux à ce moment. Finalement avec l’échauffement, la séance et la récupération, j’en suis tout de même arrivé à un entraînement de 15Km… Si j’avais fait la séance entière, je serais parti pour un semi marathon « haha ».

Des ressources ! Oui… donnez moi des forces !

La séance m’ayant tellement mis HS, que j’ai pris mon petit déjeuner pour reprendre un maximum de force puis je suis parti dans ma chambre et je me suis fais une petite sieste de 1h30 ! Le corps en a besoin, il faut savoir se reposer pour repartir d’attaque les prochaines fois. L’après midi fut très tranquille.

J’ai pris mon petit vélo et je suis allé visiter Iten, un petit magasin pour acheter des bracelets du Kenya ! J’ai donc craqué sur place et j’ai pris un bracelet au couleur du drapeau Kenya. Puis un que j’ai demandé un bracelet à personnaliser avec mon prénom, le drapeau français et celui du Kenya. Faisons marcher l’économie kényane un peu ! En tant que « Touriste », je suis là aussi pour ça.

Magasin Kenya

Après avoir fait mon petit devoir, ma petite ballade, je suis rentré à l’hôtel Kerio View. J’ai enfilé mes baskets, mon short, mon tee-shirt et hop direction la ville d’Iten pour aller faire un petit footing de récupération. Une sortie d’environ 9Km avec une allure très raisonnable de 5’20/Km.

Jour 10 : Vendredi 22 Mars 2019 (Découverte piste à Tambach)

C’est le jour J ! Le jour de la première séance sur piste à Tambach. Après m’être levé à 06h15 pour un départ à 06h45, c’est encore une matinée où je suis parti à jeun. Un matin sans rien apporter avec moi sauf ma petite bouteille d’eau pour effectuer la séance. J’ai rejoins le groupe d’amis Bob Bertemes, Vera Hoffman, Hanna Klein, Nicolai Christ et Alex Köb. Nous sommes parti en « Matatou », un minibus pouvant accueillir jusqu’à 8 personnes dedans. Un minibus sans ceinture, avec des sièges abîmés… un véhicule du Kenya « haha ».

Matatou Kenya
Matatou du Kenya

Ceci ne m’a pas surpris quand je suis monté mais la sécurité n’est tout de même pas présente surtout quand il s’agit comme ce matin d’un parcours de 25 minutes pour accéder à la piste de Tambach… Partons confiant, un parcours qui ne coûtera que 4€ pour l’aller / retour par personne : c’est donné ! Combien aurais-je donné en France ?

Début de l’enfer à Tambach !

Nous voilà sur place à 07h15 et déjà une quinzaine de kenyans déjà sur place ! Hé oui, lorsqu’il s’agit de séance difficile, il est préférable de les effectuer au lever du soleil…

Dans la matinée, j’ai appris que ce groupe devait faire une séance de 3000m ! Déjà pour commencer : courage à eux ! Mais deuxièmement, quand tu entends le chronos du coach (présent sur le terrain avec 3 chronomètres sur place « lol ») et il annonce à voix haute « Good, 2min55s first kilometers » ! What ! Des 3000m sur une allure de 2 minutes 55 secondes au 1000m… c’est juste des fous furieux ces kényans !

Je suis donc parti m’échauffer tranquillement avec mes amis et regarder attentivement pendant mon échauffement les kenyans, leurs foulées synchronisées, leurs souplesses, leurs aisances : enfin juste incroyable !

Me voilà échauffé, quelques gammes pour les muscles et c’est parti pour le début de séance que j’effectue avec Bob, Hanna et Nicolai ! Un bon groupe de 4 personnes pour une séance de 7 blocs de 800 mètres récupération 40 secondes et enchaîné avec un 200m (4 minutes de récupération entre les séries). Une séance découverte tout d’abord pour ma part car c’est la première sur piste et je ne savais comment j’allais me sentir et deuxièmement j’avais aucune idée sur les allures imposées par mes amis…

Et alors les chronos sur une piste à plus de 2000m d’altitude ça donne quoi ?

Finalement les allures sont de : 2 minutes 40 secondes sur le 800 mètres puis 29-30 secondes sur les 200m. Un travail avec un changement de rythme et peu de récupération entre les distances. On s’est tous aidé mutuellement en prenant la tête un 800m à tour de rôle.

Un bel esprit de groupe pour ce genre d’entraînement. Moi qui n’est pas l’habitude de courir en groupe car dans mon club je m’entraîne toujours seul, croyez-moi ça fais plaisir et j’apprécie fortement. Une séance à 1900m d’altitude donc le cardio a eu un peu de mal et les jambes aussi pour ne pas vous mentir « haha » : une bonne première séance, satisfait du résultat !

Exceptionnellement, pas de récupération derrière cette séance sur la piste de Tambach, j’ai préférais aller à la rencontre des écoliers qui été en train de refaire les lignes de la piste mais aussi d’un deuxième groupe qui été présent. Leurs sourires, leurs uniformes, leurs gentillesses sont les mots clés de cette rencontre avec eux. Et après ces merveilleux moments, je suis rentré de suite car notre fameux « Matatou » nous attendais.

Le reste de la journée fut très simple, un bon petit déjeuner pour récupérer un maximum de forces, le repas du midi pour garder la forme l’après-midi et puis une petite séance de vélo « Home Trainer » avec quelques exercices d’abdos, de gainage et de renforcement musculaire.

Jour 11 : Samedi 23 Mars 2019 (Sortie longue à Moïben)

Ce vendredi fût un réveil très matinal ! Comme vous pouvez le voir ci-dessous, ça sera l’une des premières et voir dernières fois que je pourrais admirer ce levée du soleil à Iten. Pour pouvoir regarder ceci, il faut se lever comme aujourd’hui c’est à dire à 05h20 et voir tranquillement ce levée dans les alentours de 06h00 du matin. Ce qui est fou c’est qu’à 06h00 du matin, il y a déjà pas mal d’athlètes qui court sur les chemins d’Iten éclairés au lampadaire…

Lever du soleil Kenya
Lever du soleil Iten

Pourquoi se lever si tôt ? Tout simplement, ce matin était prévue une longue sortie dans la ville de Moiben. En effet, Moiben est une ville très réputée, une ville située à 20 minutes d’Iten car c’est ici que l’on retrouve une route qui fait plus de 20Km sur un terrain « assez plat ». Tous les athlètes se retrouvent sur cette route pour effectuer leur sortie longue.

Route Moïben Kenya
Route de Moïben

Pour ma part, j’y suis allé donc ce matin pour effectuer avec Maxence, Marco « Un français rencontré lors d’un fartlek » et Makanga « Le masseur personnel de Julien Wanders » avec qui nous j’ai partagé ce footing. J’ai donc effectué personnellement 15Km et mes amis préparant le marathon ont effectués 25Km. J’ai donc couru mes 15Km en faisant 4Km d’échauffement avec une allure moyenne et ensuite j’ai enchaîné avec 11Km sur une allure entre 3’45 et 4’00 au Km. Une sortie satisfaisante car je devais passer sur les bases de 4’30 au Km…

Fin du parcours à Moïben : une sortie longue satisfaisante

Sur ce parcours, on ne cesse de croiser des véhicules « Matatou, Jeep » car plusieurs groupes démarrent à divers horaires. Un seul but : que leur « driver »  suit les athlètes tranquillement derrière et fournit de l’eau quand l’athlète en a besoin.  La preuve en est que j’ai croisé sur le retour, Julien Wanders. Il repartait en « Matatou » tranquillement, il avait déjà fait sa sortie de 35Km en seulement 3’25/Km « haha »…

Une après-midi qui sera aussi assez reposante, car j’effectuerai seulement 9Km à une très faible allure. J’ai profité de ce footing lent pour aller faire quelques magasins pour essayer de trouver des équipements « Kenya ». J’ai donc fais quelques pauses entre deux dans le footing ce qui m’a permis de récupérer complètement.

Lors de cette ballade, j’ai donc réussi à trouver un Tee-Shirt « Kenya » dans un petit magasin. Pour m’en procurer, j’ai du faire le « forcing » ! Pourquoi allez-vous me dire ? Simplement car ces équipements sont cachés dans des armoires et ne sont pas en vente direct dans Iten. Pourquoi vous allez me dire ? Tout simplement car ils ne désirent pas que ces produits soient acheté par n’importe qui !

Alors si vous allez au Kenya, battez-vous pour en avoir car ce n’est pas le stock qui manque « haha ». Surtout que ces Tee-Shirt ne sont pas donnés, j’ai réussi à l’acheter pour 6.000 Shilling kényans au lieu de 7.000 soit 52€ (prix moyen d’un produit officiel du pays).

Une nouvelle rencontre à l’hôtel Kerio View !

Le début de soirée arrive. J-P (Patron de l’hôtel Kerio View ) m’interpelle ! Et il le commande si je reconnais cette athlète assise avec ses dirigeants… Je ne l’avais pas reconnu sur le coup et J-P me dis : « Hé, tu l’as reconnais ? C’est Saina Betsy ! La championne du marathon de Paris 2018 ». Ohhh yeeaahhh la classe. Je me suis donc permis de demander pour prendre une petite photo avec elle. J’ai échangé 2-3 mots avec elle.

Saina Betsy Kerio View
Saina Betsy – Championne marathon Paris 2018

Jour 12 : Dimanche 24 Mars 2019 (Découverte de la ville Eldoret)

Me voilà déjà arrivé au dimanche… le  séjour commence à se terminer « malheureusement »… On est tellement bien au soleil, en altitude, à s’entraîner tous les jours comme un « Champion » mais le retour à la réalité va vite arriver. Ici le samedi, ce n’est pas un jour de repos comme beaucoup de monde.

Le samedi est un jour « d’entraînement » comme tous les autres jours ! Alors c’est parti, 07h00 du matin pour effectuer le premier footing de la journée dans Iten. Une petite sortie tranquille pour récupérer de la veille en effectuant un footing de 15Km tranquillement. Ci-dessous, vous verrez le chemin sur lequel je cours quasiment tous les jours. C’est une route qui fais 15-20 Km de long sans s’arrêter pour vous donner une idée. C’est une route qui est actuellement en travaux.

A l’avenir, celle-ci devrait être tout en « bitume », elle est actuellement comme tous les autres chemins : terre rouge. La différence est que le chemin est damé, compacté donc idéal pour courir, pas trop de mauvais appuis comme les « fartleks ». 

Le repos fait partie de l’entraînement

Après 10 jours d’entraînement intensifs à Iten (quasiment 2 fois par jour), il est judicieux de se reposer une petite journée. C’est donc ce dimanche avant de rentrer en France le Jeudi 28 mars 2019 que je m’impose une journée de « récupération ». J’ai donc effectué le matin un footing avec Maxence de 15 Km sur une allure faible soit 5’10/km. Le reste de la journée fut un repos et plus particulièrement une ballade dans la ville d’Eldoret. Nous avons donc pris un « Matatou » direction Eldoret pour la modique somme de 200 shilling (2 euros) pour effectuer 45 minutes à 1 heure de route…

Imaginez vous pour même pas 5 euros, vous faîtes un aller/retour avec 45 minutes aller et retour : du jamais vue ! En France, je n’imagine même pas combien cela nous aurait coûtés… Ce qui m’a fait le plus « débloquer », c’est le nombre de personne ayant monté dedans… Pire qu’un minibus « haha ». Pour l’aller, direction Eldoret, nous étions 13 personnes pour un « Matatou » pouvant accueillir seulement 9 personnes… Alors là chapeau, voilà une solution pour faire du business au Kenya.

Fin de visite à Eldoret : une découverte oui mais pas extraordinaire

Nous avons « profité » de cette après midi pour visiter rapidement cette ville. Rapidement, oui, c’est le mot car il n’y à rien de spécial à voir dans cette ville. Un peu déçu, je m’attendais à voir pas mal de chose mais finalement non ! Nous avons tout de même bien mangé car nous sommes allé dans un restaurant « Indien ».

Le restaurant s’appelle « Sunjeel restaurant » et qui est bien côté dans cette ville et très réputé. Nous en avons eu des échos du patron du Kerio View ainsi que des amis français rencontrés lors des fartleks. Nous avons donc tenté et voici mon retour sur ce restaurant. Alors on y mange « correctement » pour même pas 10€ soit 1100 shilling kényans (plat, dessert et boisson soft). Me voilà rentré en fin d’après-midi, rentré tranquillement à Iten. Maintenant place au repos à la réception en profitant de la vue de la vallée du Rift avec des petits thés, chocolat chaud… accompagné bien entendu du soleil.

Jour 13 : Lundi 25 Mars 2019 (Visite de l’école primaire à Kiptingo)

Le voyage à Iten, le stage d’athlétisme se termine petit à petit… nous somme déjà lundi 25 mars 2019 et je repars le mercredi 27 mars 2019… Que le temps passe vite ! Ce matin, petit réveil tranquille à 07h00 du matin : une petite grasse matinée de temps ne fait pas de mal. On se lève et on enchaîne du coup un petit run sans forcer avec nos amies les estoniennes.

On effectue ce matin 9Km tranquillement sur une allure de 5’45/km. Pourquoi un footing tranquille ? car demain, j’effectue une séance sur la piste de Tambach et ça ne sera pas de tout repos… Je prévois de faire la même séance que Vendredi mais avec des répétitions en plus « si possible ». Je verrais si la forme me le permets. Me voilà donc rentré assez tôt ce matin pour prendre le petit déjeuner et parler tranquillement avec J-P. J-P qui est le patron du Kerio View » et négocier une petite visite dans une école : mission accomplie.

Hop hop hop ! Let’s Go Kiptingo !

Déjà 10h30 pas de temps à perdre, on monte dans le véhicule du patron et on file dans une école du Kenya. Cette école est l’école primaire « Primary School » de Kiptingo à Elgeyo-Marakwet. Elle est située à 10-15 minutes d’Iten en voiture car la route principale est actuellement en travaux. C’est la route que j’utilise pour courir mes footings et séances.

Nous voilà arrivé devant l’école de Kiptingo et une vague d’écoliers se met à courir vers nous ! Mais pour quelle raisons ? Tout simplement pour dire bonjour au « Muzungu » c’est à dire « les blancs ». Hé oui, nous sommes appelé les « Muzungu » dans les pays africains car nous sommes des personnes d’ascendance Européenne.

Nous voilà rentré tranquillement dans l’école, parti à la rencontre du directeur et des professeurs pour annoncé notre venue. Après avoir échanger quelques mots avec eux, je suis parti à la rencontre dans une classe avec la professeur. Les élèves tous surpris se mettent à courir pour se mettre assis à leur place et nous regarder attentivement « comme des étrangers ».

Jour 14 : Mardi 26 Mars 2019 (Séance sur la piste de Tambach)

Me voilà arrivé à l’avant dernier jour de ce stage d’athlétisme… Le dernier jour où j’ai effectué mon dernier entrainement sur la piste de Tambach. Mais ce jour sera un peu particulier car j’avais discuté avec Saina Betsy le dimanche et elle me disait qu’elle s’entraînerait sur la piste ce jour-ci. C’est pour cela que j’ai pris la peine de me lever une dernière fois à 05h15. Un réveil tôt pour préparer tout le matériel (Téléphone, Gopro…). Mais surtout que je ne devais pas être trop en retard car Saina arrivait à 06h00 sur la piste pour commencer son échauffement.

Me voilà donc parti à 05h45 d’Iten, prêt à chercher un « Matatou » car à cette heure-ci c’est assez difficile, mise à part des autobus pour les écoliers (Hé oui, il commence très tôt… chapeau aux courageux). 5 minutes se passe : aucun « Matatou » dans la rue / 10 minutes : toujours pas de véhicule.

La grande question se pose : vais-je devoir prendre une petite mobylette pour aller jusqu’au stade ? J’espère que non, 20-25 minutes dans le noir, sur une mobylette, sans casque… on va éviter. Et là, un véhicule « privé » s’arrête suite à notre signe de la main pour lui demander de stopper : Hello guys, you go to Tambach please ? Yes, no problem, come on. Me voilà enfin monté prêt à aller à la rencontre à nouveau de Saina Betsy.

Saina Betsy Tambach
Saina Betsy

Tambach : nous voilà !

Me voilà arrivé sur place à 06h15. Déjà pas mal d’athlètes kényans présent sur le stade en train de s’échauffer dont la championne du marathon de Paris 2018 : Saina Betsy. J’en profite donc déjà pour sortir les appareils numériques pour les souvenirs et je commence à faire quelques shootings de son échauffement. Entre deux, je m’échauffe aussi pour ne pas commencer trop tard pour être dans la souffrance à cause de soleil qui tape déjà fort une fois présent.

C’est parti pour le début de séance pour Saina Betsy… impressionnante à regarder ! Elle est parti pour 15Km de séance pur sur des allures inférieur à 3’18/Km… Plus la distance est courte, plus la vitesse augmente… une vraie machine cette athlète. J’en profite entre deux séries pour essayer de me mettre dans son groupe afin de m’accrocher et réaliser mes temps sur ma séance.

  • Ma séance : (800m 40s récupération 200m) avec 8 répétitions !
  • La séance de Saina Betsy (3000m / 2 x 2000m / 5 x 1000m et 6 x 500m)

Fin heureux de mon côté pour avoir terminé ma séance, car j’ai effectué la même que Vendredi sauf que j’ai fais une répétition en plus et les chronos sont plus rapide sur les 800m. J’espère que ça va payer pour ma prochaine compétition. Une petite récupération s’impose mais une petite séance de photo aussi avec Saina avant qu’elle reparte « haha ».

Un repos bien mérité : une ballade tranquille à Iten

L’après-midi sera tranquille car j’ai effectué un petit footing tranquillement avec ma GoPro à Iten. Je me suis baladé tranquillement pour pouvoir prendre du bon temps, quelques vidéos souvenirs des chemins sur lesquels j’ai couru. Découvrir aussi les paysages proche de notre hôtel Kerio View… et puis pour terminer, je suis allé à la rencontre de quelques enfants dans la « rue ».

Panoramique Iten Kenya

J’avais emporté dans mon 2ème bagage, qui d’ailleurs, était prévu que pour ça. Un geste pour l’humanité ne fais pas de mal surtout que ces pays en ont besoin énormément. Si j’avais pu embarquer plusieurs valises je l’aurais fait avec grand plaisir !

C’est toujours avec une immense joie, de donner quelques affaires à des enfants, des familles ! Surtout à des familles qui n’ont pas les moyens d’acheter des choses pour leurs enfants. J’ai principalement donner des vêtements, fournitures scolaires… Et quand vous voyez le sourire, la joie que vous donnez en leur donnant vos affaires personnelles… Ca donne la patate encore plus.

Jour 15 : Mercredi 27 Mars 2019 (Séance à Moïben + retour en France)

06h30 : dernière sonnerie du réveil à Iten ! « Snif » c’est la fin ! Me voilà arrivé dans la toute dernière ligne droite de ce stage ! Le dernier jour malheureusement… Toutes les bonnes choses ont une fin. Mais avant de penser à faire les bagages –> Let’s go pour la dernière séance du stage.

Une dernière séance que j’ai partagé avec mes amis Bob, Hanna… Une séance qui devait être avec un rythme « moyen » à la base et qui s’est effectuée avec une allure assez soutenue. La séance prévue au matin était : 3 x 10 minutes vite avec 4 minutes de récupération. Et pour finir, la séance que nous avons fait est : 2 x 10 minutes rapide avec 3min45s de récupération et le dernier nous avons effectué que : 5 minutes rapide.

Pourquoi 5 minutes rapide vous allez me dire ? Les allures étaient tellement « rapides » : une moyenne de 3’30/km pour les allures rapide… avec l’altitude, la fatigue des séances précédentes, croyez-moi que ce n’était pas une partie de plaisir ! J’ai du m’accroché durement avec Hanna ! Elle m’en a fait « baver » sur cette séance « haha ».

Mais après avoir terminé cette séance qui s’est déroulée sur la route  de Moiben, j’étais très satisfait de moi. Satisfait d’avoir terminé, accroché Hanna sur cette séance avec de telles allures « rapide ». Pendant la récupération, nous avons discuté un peu discuté de mon cas personnel. Principalement, pour les futures compétitions que j’allais faire : 10Km de Valenciennes, interclubs FFA, les meetings de la région. C’est de la que nous avons parlé d’une compétition très réputée en Belgique : La Flanders Cup !

La Flanders Cup : compétition internationale

C’est une compétition qui se déroule à Bruxelles. La Flanders Cup organise une multitude de série : 400m, 800m, 1500m … avec des lièvres sur chaque série ! Les premières séries sont les plus rapide et les dernières bien sûr un peu moins. Le gros avantage : un lièvre pour chaque série ! Grâce à cela tu peux te permettre de te placer dans une série plus rapide que tes allures ! Et cela te permet forcément d’aller chercher ton record personnel dans la discipline. Et pour ne rien vous cacher, je pense fortement que je vais aller participer à cette compétition. D’une part pour revoir les amis mais d’autre part pour décrocher un record personnel sur la course du 1500m !

Profitons des derniers instants à Iten

Nous voilà déjà rentré de cette séance. Aussitôt rentré, aussitôt parti pour prendre le déjeuner « haha ». En effet, ce matin n’est pas comme les autres, je dois me dépêcher pour faire les bagages car le Taxi nous attends pour 14h00 à l’hôtel Kerio View et celui-ci nous déposera à l’aéroport d’Eldoret tranquillement.

L’heure du déjeuner est déjà arrivé : c’est ainsi que je vais savouré le dernier repas de cet hôtel. Petite entrée avec mes toasts de Guacamole, ma petite salade de « Poulet » et pour finir un petit plat de pâte pour remplir l’estomac en attendant le prochain repas qui se fera dans l’avion…

Groupe rencontre Kerio View

Il est temps de dire ses « Adieux » à tous les amis rencontrés, le patron de l’hôtel Kerio View… car l’heure est arrivée. Snif, je suis triste de quitter le Kenya mais surtout Iten… mais il faut bien retourner à la vie réelle car je ne suis pas « professionnel » donc des stages comme ça j’en ferais très rarement dans ma vie « haha »… J’ai su en profiter pleinement et c’est le principal : beau temps, aucune blessure, des entraînements à gogo –> Le top du top !

Mes ressentis de ces 15 jours passés à Iten

Allez je vais finir sur ces quelques phrases pour vous donner un peu mon ressenti de ce voyage. Ce stage d’athlétisme à Iten, je l’appréhendais déjà dans un premier temps ce stage car je ne savais pas du tout comment le voyage allait se dérouler… Que ce soit niveau plan d’entraînement et de la nourriture, ou des excursions ou même des rencontres….

Finalement, ce fût un stage d’enfer ! J’ai vécu comme un prince à l’hôtel Kerio View car c’est le meilleur hôtel pour effectuer son stage d’athlétisme à Iten (plus de détails ci-dessous). J’ai rencontré plein d’athlètes de haut niveau : kenyans, allemands, luxembourgeois, néo-zélandais… Cela m’a permis de discuter avec eux, quelques photos souvenirs, voir leurs plans d’entraînements… Et c’est important de voir les différentes façon de s’entraîner pour ne pas rester « focus » sur une seule et même manière de pratiquer : ça peut être niveau course technique, étirements, qualité de séance…

Le fait de vivre comme un professionnel, je me rends compte que ce n’est pas si facile que ça ! Même si beaucoup de repos… Il faut savoir se lever tôt, avoir le courage et l’envie de s’entraîner 2 fois par jour (pour mon cas) certainement 3 pour les stars. En sachant que s’entraîner pour être au niveau « olympique », il faut s’entraîner dur dur dur dur et dur « haha » et pour cela il faut s’accrocher !

Est-ce une opportunité de devenir un athlète pro ?

Je me demande même : est-ce plus facile de devenir pro ? Où d’être employé, patron dans une société ? Cela m’a permis aussi de voyager un peu dans les alentours et de visiter : Iten, Eldoret, des écoles primaires… Une partie culturelle qui est très importante pour moi et c’est aussi pour ça que j’adore voyager dans un maximum de pays. Découvrir la vie des autres personnes « riches » comme « très pauvres » ! Et quand on revient en Europe, il n’y a plus question de se plaindre… On perçoit la vie différemment quand on a l’opportunité, la chance de voyager…

J’espère que cet article sur le déroulement de mon stage vous a plu, qui vous permettra de vous donner une idée de ce type de voyage… Si vous avez des questions pour des prochains stages, des informations sur les lieux ou autres questions. N’hésitez pas, je suis disponible : un petit commentaire, un petit mail et vous aurez une réponse très prochainement.

Informations Hôtel Kerio View à Iten :

• L’Hôtel Kerio View 3 étoiles à ITEN est le meilleur hôtel qui puisse exister dans le secteur. Plusieurs personnes de l’entourage rencontrés me l’ont confirmé. Surtout une personne : Maxence Rigottier qui a eu la chance de venir plusieurs fois et visiter les autres camps d’entraînement. C’est le seul a avoir en sa possession une vue panoramique extraordinaire sur la vallée du rift.

C’est un lieu où les repas que ce soit du petit déjeuner jusqu’au dîner sont excellents. Les chambres ne sont pas exceptionnelles mais le confort est bel et bien présent : lit double, baignoire, toilettes. Il est placé dans un endroit retiré des rues, de la ville. Vous comprendrez donc que vous êtes au calme du matin au soir. Que cette option n’est pas trop négligeable pour ce genre d’événement « Stage sportif ». Je suis d’accord que ce n’est pas le centre le moins cher mais comme on dis : on paye la qualité !

Laisser un commentaire