Comment courir à jeun pour progresser ? 10 conseils pour vous !

Être à jeun c’est ne pas consommer d’aliments depuis la veille. C’est le cas quand vous devez effectuer des analyses, des prises de sang… les ¾ du temps, on vous demande d’être à jeun pour des bonnes analyses et une interprétation pertinente pour les résultats.

Courir à jeun consiste donc à s’entraîner le matin avant votre petit déjeuner.  Ça peut être très bénéfique mais aussi avoir des effets négatifs. Vous pouvez favoriser l’apparition de la fatigue importante, troubles gastriques… Il faut le faire de manière réfléchie.

Courir à jeun c’est une habitude à prendre, mais attention à la pratique.

Courir à jeun va permettre de puiser l’énergie nécessaire à votre effort mais il sera puisé d’une manière différente par rapport à vos entraînements habituels. Le corps va alors puiser les réserves en glycogènes plus rapidement et ira donc chercher derrière les réserves lipidiques (appelé aussi les graisses).

S’entraîner à jeun brûlent-ils d’avantage de gras ?

Brûler du gras est en relation avec l’intensité de l’effort et/ou de l’exercice. Si vous vous entraînez en basse intensité c’est-à-dire que vous êtes capable de parler, entretenir une conversation avec vos amis pendant votre effort et à ce moment-là, vous brûlez à ce moment des lipides. Rien ne sert d’être à jeun pour pouvoir brûler plus de lipide.

Le métabolisme fonctionne comme ça. En effectuant de la basse intensité, vous allez brûler des lipides, du gras mais quand vous augmenterez votre intensité c’est à ce moment-là que votre corps va devenir exigeant et va donc basculer car il aura besoin de source d’énergie rapide c’est-à-dire les glucides. Votre corps va donc laisser de côté ces fameux lipides pour utiliser d’avantages des glucides.

Comment réagit le corps en étant à jeun ?

La veille, votre foie stocke du sucre sous forme de glucose appelé « Glycogènes ». Ceci est préservé pendant la digestion et arrive à cumuler plusieurs dizaines de grammes. Courir à jeun, le corps mobilise les graisses plus rapidement.

Le matin très tôt, les réserves en sucres sont très basses car vous avez digéré toute la nuit. Cependant il existe d’autres moyens pour courir avec un stock d’énergie limité : fin de journée avec un déjeuner pauvre en glucide, continuer l’entraînement et limiter volontairement l’apport en glucides durant les 24 à 48 heures…

Courir à jeun peut avoir des intérêts très bénéfiques pour les sportifs de haut niveau principalement mais aussi ceux qui pratiquent de l’endurance en général. En effet, vous allez habituer votre corps à courir en allant chercher l’autre source d’énergie. Il peut être très essentiel par exemple pour un marathonien qui va atteindre le fameux mur du 30ème Km.

Des études scientifiques ont démontré qu’effectuer des séances à jeun favoriser le développement des mitochondries c’est-à-dire la création de l’énergie. Plus on a de mitochondries, plus on crée d’énergie et plus on peut aller vite (filière aérobie).

Les avantages et inconvénients de courir à jeun

Tout d’abord, je tiens à préciser qu’il est fortement déconseillé de courir à jeun pour les débutants, les coureurs n’ayant pas d’assez d’expérience dans la course à pied. Par exemple, les personnes ayant du diabète, il est préférable de consulter un médecin, spécialiste avant de vous lancer dedans.

La pratique régulière de l’entraînement à jeun brûlent des graisses plus facilement que des personnes sédentaires ou très peu entraînées. En effet, une personne faible, sans préparation peut vite tomber dans l’hypoglycémie. Le danger peut alors être très faible comme se tordre une cheville avec le manque de lucidité mais aussi très fort comme « tomber dans les pommes ».

Il est fortement déconseillé de courir plus d’une heure à jeun car vous produirez de l’acide cétonique qui est en faîte un déchet lipidique et entraînera des effets secondaires tels que : crise hypoglycémique, fortes douleurs musculaires.

Les coureurs les plus confirmés effectueront par contre des entraînements à jeun tels que : des séances fractionnées, des longues sorties pour vider les réserves en glycogènes, les réserves lipidiques… C’est bénéfiques pour eux et ont besoin de puiser dans les réserves pour progresser… Très souvent effectué pour préparer des grands marathons. Mais je tiens à rappeler que ceci est effectué par les athlètes qui ont de l’expérience !

N’oubliez pas de vous hydrater un minimum avant d’aller courir à jeun ! A jeun ne veut pas dire de ne pas boire ! Justement, les stocks hydriques sont très importants ! Courir déshydraté est source de blessures plus rapidement ! Alors buvez 1-2 verres d’eau juste avant de courir.

En dehors de toutes ces performances physiques, courir à jeun peut-être très positif pour le moral ! En effet, en courant le matin très tôt c’est courir dans la rue où i n’y a personne, les rues vides, pas de voiture qui vous gênent… Vous partez tranquillement faire votre footing et une fois terminée c’est à ce moment là que vous profiterez de votre journée ! Vous serez plus en forme malgré le footing effectué car vous aurez réveillé votre corps.

Personnellement, il m’est arrivé quelques fois de courir le matin tôt avant d’aller travailler. C’est vrai que le réveil pique un petit peu mais j’ai clairement plus apprécié ma journée après cela. En partant au travail, j’avais déjà de l’énergie, je n’étais pas endormi… L’avenir appartient à ce qui se lève tôt !

Nos conseils, précautions à prendre pour courir à jeun ?

  • Consulter votre médecin dans un premier temps (vérifier si aucun problème de santé…)
  • Courez à proximité de chez vous au cas où que vous ne vous sentez pas bien : maux de tête, fringales…
  • Boire 2-3 verres d’eau avant et emportez avec vous du sucre rapide tels que gel énergétique. Il vous permettra de vous donner un coup de fouet sur le moment.
  • Attendez 30 minutes avant de commencer votre effort pour réveiller vos muscles, préparer vos articulations…
  • La veille de chaque entraînement à jeun, consommez un repas riche en sucre lent afin d’améliorer les réserves glycogéniques.
  • Démarrez progressivement votre footing comme dans tous vos entraînements (l’échauffement)
  • Effectuer comme dans un plan d’entraînement : augmenter de manière progressive vos exercices à jeun (footing 20 min puis 30 min… et non 1 heure dès la première fois…)
  • Consommez dans les 30 minutes qui suit votre petit-déjeuner. Il vous permettra de récupérer toutes vos énergies perdues lors de l’effort. Votre corps va absorber les nutriments plus rapidement et sera l’occasion idéale pour remplir vos réserves de glycogène épuisées.

Courir à jeun n’est plus un secret pour vous ! Vous l’avez compris, cela peut être bénéfique mais aussi avoir des inconvénients si vous procédez d’une mauvaise façon.

Le jeûne en général est-il bénéfique pour le corps humain ?

Le corps se régénère, la moelleuse osseuse se régénère et donc on produit des cellules souches à outrance. Ces cellules souches sont vendus très cher actuellement dans le marché.

Une cellule souche c’est : des cellules non différenciées (ce n’est pas le rein, ni le foie…) elles sont boostés, multiplié. C’est des cellules qui viennent régénérer, changer le foie…

Des études ont démontrés que même avec des cirrhoses de foie et/ou problème de rein, ces personnes ont effectuées le jeûne et leurs problèmes ont disparus !

Ces cellules souches vous pouvez les avoir gratuitement en jeûnant ! A partir du 3ème jour de jeûne, vous produisez à outrance des cellules souches et le corps se régénère, le système immunitaire est au top de sa performance au bout du 3ème jour. Il est conseillé de jeûne au minimum 15 jours.

N’hésitez pas à consulter la vidéo de ce professeur qui montre que le jeûne pousse à la longévité : Prof Valter Longo

Retrouvez-vous sur les réseaux sociaux :

laisser un commentaire

 

© {2020-2021}. Progresser en course à pied